Maîtres-Potiers : un savoir-faire à reconnaître !

Reconnus par-delà la région, le savoir-faire des Maîtres Potiers est pourtant en danger de disparition. La Ville de Châtelet, les Potiers, le tissu associatif et les groupements de préservation du patrimoine s'unissent pour défendre ce bijou de glaise et de sel afin qu'il soit reconnu officiellement par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

Il s'agit d'une histoire millénaire qui relie le travail de la terre et l'entité de Châtelet. Des fouilles, réalisées entre 1986 et 2002 ont en effet mis à jour un four de poterie et de nombreuses traces datant de l'époque romaine (officiellement daté au premier siècle de notre ère par l'Institut Royal du Patrimoine Artistique de Bruxelles).

 

La Poterie a traversé les siècles, et c'est du 16ème au 20ème siècle qu'on observe sa grande prospérité industrielle dans la région. Le rayonnement des potiers de Châtelet et Bouffioulx concurrencait même les ateliers allemands ! Le savoir-faire se transmettra et se renouvellera, profitant d'un spectaculaire rebond à l'âge d'or du grès artistique au début du 20ème siècle.

 

Hélas, la menace de disparition plane sur ce savoir-faire ancestral. De nos jours, la production de grès ne repose plus que sur trois ateliers : les poteries Biron, Dubois et Lardinois. Ces Maîtres Potiers approchent de l'âge de la pension et leurs ateliers sont susceptibles de fermer leurs portes d'ici quelques années. Faute de candidats repreneurs, la transmission du savoir-faire risque de se perdre malgré l'investissement du tissu associatif.

 

Les spécificités des poteries de Châtelet et Bouffioulx sont pourtant uniques !

 

Mise en avant par la nuit des étincelles, la technique du salage offre aux grès un maillage intégral. En effet, le sel est projeté dans les fours à très haute température, provoquant une réaction chimique entre le sodium et la silice. Cette méthode ne pourrait exister sans la mono cuisson spécifique à nos potiers. Les pièces sont décorées avant enfournement et cuisent progressivement jusqu'à 1300 degrés !

 

Un patrimoine fermement défendu par la population de l'entité

 

Que ce soit au travers des Fêtes de la Poterie, des ateliers et cours de travail de la terre ou de la redynamisation des Poteries en espace culturels, la population répond toujours présent et soutient fermement son sol, sa terre, ses poteries.

 

Concrètement, si le savoir-faire des Maîtres-Potiers reçoit une reconnaissance officielle des institutions publiques, cela permettrait par exemple de négocier des facilitations pour ce métier en passe de disparaître. Par exemple, les frais modernes sont en contradiction avec la réalité ancestrale de ces artisans taxés comme des patrons d'usine.

 

Tous présents pour signer.

 

Ce vendredi 17 novembre, nous étions nombreux à signer le document de demande de reconnaissance patrimoniale orale et immatérielle de la Communauté Française.

 

Les trois potiers en activité : Poterie Biron, Dubois et Lardinois.

La maison de la Poterie (Centre d'interprétation)

Les groupements et associations qui ont notamment pour objectif de défendre le patrimoine tels que : ASBL La Grange aux Potiers, Collectif Poteries Vivantes, Confrérie des potiers, Syndicat d'Initiative de Bouffioulx, Société Royale d'Histoire “Le Vieux Châtelet”, Société Royale d'Archéologie, d'Histoire et de Paléontologie de Charleroi, Académie de Dessin et des Arts décoratifs Gustave Camus de Châtelets.

Actions sur le document